Dinard, la Nice du Nord.

Contrairement à sa célèbre voisine Saint Malo, Dinard n’est pas enfermée dans ses murs. Elle respire l’air du large. L’apogée de la station, dit-on, se situe entre 1875 et 1885. Les constructions se multiplient, de préférence sur les pointes pour avoir une vue à 360 degrés. Réservées à l’élite, les promoteurs et propriétaires rivalisent d’envie de grandeur et de détails architecturaux.On observe un certain engouement pour le Moyen Âge: castellisation, recours au gothique, fleurons, accolades… Les styles se mélangent, de l’ostentatoire style Louis XIII au plus raffiné style anglais et sa devise « more glass than wall » pour bien profiter de la vue. La brique se mêle à la pierre. C’est une débauche d’ornementations, de balcons et d’ouvertures…

La mode des bains de mer est introduite en France vers la fin du 18ème siècle. Dans un premier temps, les bains ont un but thérapeutique: on veut profiter des bienfaits de l’air marin, se reposer et se plonger dans la contemplation de la mer. La Bretagne devient de ce fait très attractive et les premiers établissements de bains apparaissent dès 1830. Des guides-baigneurs expliquent aux touristes d’alors, l’usage qu’ils peuvent faire des différentes zones. Si la plage du Prieuré (voir article précédent) était répertoriée comme familiale, celle de l’Ecluse ci-dessous était réservée à l’aristocratie plus fortunée.

Qui dit plage, dit casino. Pas moins de six casinos sont construits entre 1866 et 1928! Situé sur la plage de l’Ecluse, le casino actuel présente deux façades bien distinctes. La façade sur la rue du Président Wilson de style néo-classique avec son entrée agrémentée d’une marquise, elle-même surmontée d’un fronton mouluré qui lui donnent un caractère un peu désuet, date de 1911.

Face à la mer, en revanche, le béton est roi, la construction qui date de 1966 semble beaucoup plus contemporaine.

Les débuts d’amènagement de la voirie par le préfet Paul Féart attirent d’emblée ceux qu’on appellera « les lançeurs de plage ». Le tout premier à mettre sa fortune au service de l’aménagement de Dinard et à bâtir sa villa sur la pointe du Moulinet, c’est le riche comte libanais, Rochaïd Dahdah dont le Château des Deux Rives de facture très classique a été relevé d’un étage en 1910 par le fils qui rajouta aux fenêtres, les clochetons.

Sur la pointe du Moulinet qui borde la plage et fait face à Saint Malo, offrant une vue imprenable sur l’embouchure de la Rance:

La Villa St Germain. Anciennement villa de Mortemart du nom du Vicomte qui la fit bâtir entre 1868 et 1874, elle subit, au cours des années, de multiples remaniements qui lui donnent un aspect de véritable château de bord de mer.

Le magnifique portail d’entrée provient d’un manoir de l’arrière pays de Dinan et date du 15ème siècle.

La Villa La Garde a été construite par la famille Hennessy en 1898. De style néo-gothique anglais, elle en impose avec ses mâchicoulis et ses créneaux non sans rappeler les châteaux médiévaux de type Tudor.

Sur la pointe de la Malouine, « lotissement balnéaire de luxe » construit à la fin du 19ème par le promoteur Auguste Poussineau,

La Villa Ker Annick doit son nom à la fille décedée de Marguerite de Boucheporn et de son mari. Elle fait face à sa jumelle Ker Velox toutes deux résidences de la famille. De style néo-gothique , elles ont été construites en 1860.

Bow-windows en bois, carreaux de faïence et briques colorées enjolivent les façades de pierre.

La Villa Kerozar construite en 1884 par Alexandre Angier. Une façade originale avec sa tour d’escalier repérable de loin. La bow- window avec vue sur mer et la terrasse ont été rajoutées plus tardivement vers 1918.

Les éléments décoratifs sont multiples: briques décoratives polychromes, frise en céramique, tuiles vernissées sur les marquises .

La Villa Belle Assise date de1888. Située sur un terrain très escarpé, il a fallu construire, côté mer, toute une muraille en soubassement pour que cette villa puisse exister. D’où son nom. Créneaux et arcs-boutants confèrent à l’ensemble une sacrée allure …

Dentelles de bois, jeux de couleur dans les briques, on retrouve les mêmes effets décoratifs.

La Villa Roches Plates date de 1890. Beaucoup de couleur dans les briques utilisées. Briques et bois se mêlent agréablement.

La Villa Cézembre doit son nom à l’île qui lui fait face. Construite en 1892, elle est de forme assez atypique.

La Villa Les Roches Brunes bâtie entre 1893 et 1896 à l’extrémité de la Pointe, offre une vue imprenable à 360 degrés.

C’est la villa la plus célèbre, devenue l’emblème de Dinard.

Avec ses murs de briques rouges et ses chaînages d’angle blancs, on retrouve le style néo-Louis XIII. Elle est inscrite aux monuments historiques.

Au tout début du 20ème siècle,

La Villa de la Reine Hortense a été construite en 1900 pour un prince russe, passionné par la vie de cette Reine, mère de Napoléon III. Avec son architecture d’inspiration italienne et sa couleur rose bonbon, elle tranche totalement avec les autres.

Plus tardive La Villa Greystones achevée en 1950 vient d’être classée en 2019. Elle se trouve sur l’emplacement d’une ancienne villa dont le style ne plaisait pas au nouveau propriétaire, architecte de profession. Retour au classicisme, nombreuses ouvertures et granit pour le côté breton. François Pinault en est l’heureux propriétaire depuis 2012.

et sur la pointe du Moulinet la Villa Granit House 1923. Encore une bâtisse inspirée du Moyen Age et construite par la famille Hennessy: fenêtres à meneaux, faux machicoulis.

Le Pont d’Emeraude construit en 1911 permet de rallier directement la Plage de l’Ecluse à la Cale du Bec de la Vallée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s