Le Mont Saint Michel.

Le Mont Saint Michel, inscrit en 1979 par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial, se trouve en Normandie non loin d’Avranches sur la route de Pontorson. La citadelle médiévale et l’Abbaye, prodiges d’architecture, posés sur un rocher granitique au beau milieu de l’Océan, protégées par l’Archange qui leur a donné son nom,  se dressent fièrement, uniques et magnifiques et semblent se moquer des assauts du vent, de la mer et du temps.
C’est en 708 que l’Evêque d’Avranches, après plusieurs apparitions de l’Archange, fait élever un sanctuaire en son honneur sur le Mont-Tombe. Mais ce n’est que deux siècles plus tard que, devenue lieu de pèlerinage, l’Abbaye est construite et que le village se développe en contre-bas sur les flancs Sud et Est du rocher.


La Grande Rue.
C’est l’unique rue du Mont. Elle tourne autour du rocher et son ascension mène le visiteur au pied de l’Abbaye (Escalier du Grand Degré) et sur les hauteurs qui permettent un point de vue imprenable sur la baie. L’été, il est difficile d’y circuler sans jouer des coudes…

Mais il est possible de se faufiler dans des ruelles adjacentes.

On accède à l’Abbaye par l’ escalier du Grand Degré. La toute première construction, la chapelle Notre Dame sous Terre, a servi de point de départ pour les suivantes. Au Nord (la Merveille, monastère gothique) et au Sud (les logis abbatiaux avec les passages suspendus) ainsi que le cloître datent du 13ème siècle.

Toute l’église (la nef) sauf le chœur date de l’époque romane.

Le cloître et son incroyable jardin entre ciel et mer sera terminé en 1228. Ce qui surprend : sa largeur, les ouvertures sur la mer de la galerie Nord, la disposition décalée de ses doubles colonnades richement décorées (pierre de Caen) et quelques traces de peinture qui suggèrent les couleurs d’autrefois.

Le Cloître donne sur le réfectoire des moines.

La crypte des Gros Piliers date du milieu du 15ème siècle. Elle a été édifiée pour soutenir le chœur gothique de l’église abbatiale.


La crypte St Martin et sa voûte d’une portée de 9m!
La roue installée dans l’ancien ossuaire des moines vers 1820 servait à monter la nourriture des détenus enfermés dans l’abbaye transformée en prison.


Le promenoir longue salle à double nef (naissance de l’art gothique au début du 12ème)
La salle des chevaliers, construite pour porter le cloître, elle servait de salle de travail et d’étude des moines.
L’Aumônerie est la dernière salle de la Merveille. C’est là qu’on recevait les pauvres pour leur donner de la nourriture.

La sortie se fait côté ouest. Une terrasse offre une vue magnifique sur la baie.

Marée montante, le spectacle est grandiose. Jeux de lumière, reflets irisés, frémissements de l’eau, vaguelettes multiples sculptent le sable et dessinent sous nos yeux émerveillés de véritables tableaux vivants.

Un vrai décor de carte postale…

La mer monte. Nous longeons les remparts Nord.

La boucle est bouclée. Nous voici tout près de la porte du Boulevard.

Le sable se recouvre rapidement.

Même phénomène côté passerelle.

A peine le temps de jeter un œil à l’intérieur des célèbres cuisines du restaurant de la Mère Poulard. Bon feu, bons œufs, bon beurre! mais l’omelette ce sera pour une autre fois!

Il est temps de quitter les lieux!Euh! grand temps!

La mer est pratiquement haute et le soleil se couche…récompense suprême…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s