Prague. La Vieille Ville.

Je n’avais encore jamais partagé les photos de mon voyage à Prague. Un jour de grisaille, m’est venue l’envie de la revoir virtuellement et de vous faire profiter de toute sa beauté car Prague n’a vraiment rien à envier aux autres capitales tant elle offre de merveilles à l’œil ébahi de ses visiteurs. Prague médiévale, Prague renaissance, Prague baroque, églises, synagogues, musées multiples, palais, jardins, parcs, il faut savoir prendre son temps pour s’imprégner de la capitale de la République Tchèque. L’éventail de ses centres d’intérêt est gigantesque. La magie fonctionne dès les premiers pas le long de la Vltava qui la traverse en déroulant ses larges méandres et sur laquelle flottent ici et là des cygnes majestueux. Nous sommes au cœur de l’Europe. Le Patrimoine architectural et artistique s’est enrichi des différentes cultures qui se sont entremêlées au fil des siècles. Nous partons sur les traces d’hommes célèbres, musiciens, (Dvorak) écrivains, (Kafka, Hasek, Kundera, Havel,) cinéastes (Milos Forman). Depuis 1992, le centre-ville historique est inscrit par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial.

Accueillie d’emblée par le marché du jour. Les Pragois y font leurs courses, les touristes leurs emplettes souvenirs.

La Maison U minute, « à la minute », dans laquelle Kafka a vécu quand il était tout jeune donne le tempo! Elle est ornée de sgraffites en noir et blanc, qui représentent des scènes de la Bible ou de la mythologie grecque.

Après avoir déambulé dans quelques ruelles étroites, on arrive près de l’Hôtel de Ville au pied de son Horloge Astronomique.

Une foule toujours dense (pour l’avoir vérifié plusieurs fois !) se presse chaque heure pour voir défiler les petits personnages en bois peint : les apôtres, le Christ, les allégories de la Mort et de la Vanité, l’archange St Michel… (tiens ! ça me rappelle un post récent!) L’horloge du 15ème siècle présente deux cadrans : celui du haut indique l’heure, la position du soleil, de la lune et des planètes. Le deuxième présente un calendrier illustré des mois de l’année avec les signes astrologiques correspondants

En dehors de quelques calèches, l’immense Place de la Vieille Ville et les rues adjacentes sont interdites à la circulation. C’est à pied que des milliers de visiteurs vont et viennent et s’imprègnent de son atmosphère unique.Toutes les influences architecturales y sont représentées.

Notre Dame de Tyn fondée sous Charles IV et ses flèches gothiques repérables de loin.
Au centre, un monument en mémoire de Jean Hus réformateur religieux qui préféra mourir pour ses idées…

La maison à la Cloche de pierre restaurée dans son style gothique original. Le palais Kinski rococo devenue Galerie d’Art.

L’Eglise baroque St Nicolas.

Les édifices colorés qui bordent la Vieille Place lui donnent son cachet inimitable. Les dessins de Mikulas Ales ( 19ème) sur la Maison Storch : une peinture de St Vanceslas à cheval fin du 19ème décore ce bâtiment néo renaissance ainsi que sur la maison U Rotta, ancien magasin de quincaillerie.

On ne sait plus où donner des yeux! Les détails à profusion attirent le regard.

Au sud de la Place, la Maison aux deux Ours d’or, le plus beau portail Renaissance de Prague.
La maison natale de Kafka signalée par cette plaque commémorative.

La Tour Poudrière avait été conçue au 15ème siècle pour ajouter du prestige au Palais Royal qui se construisait à côté. Mais après que les émeutes eurent chassé le roi de la capitale, la construction du palais s’interrompit et c’est le Château de Prague, moins vulnérable sur l’autre rive, qui devint demeure du roi. Au 17ème siècle, elle devint un entrepôt de poudre. Fortement endommagée pendant l’Occupation prussienne elle fut presqu’entièrement reconstruite au 19ème siècle.

De la corniche de la Tour Poudrière, vue imprenable sur la ville.

Plus à l’ouest, un imposant bâtiment du 18ème est en travaux. C’est le Palais Clam-Gallas. Ses portails immenses, encadrés des Géants de Matias Braun donnent une idée du décor grandiose qu’on doit trouver à l’intérieur.

Chaque façade raconte son histoire…

En suivant la rue Karlova (Charles) on se trouve face au Pont du même nom. L’Eglise St François d’Assise et l’Eglise St Sauveur se font face.

Chaque extrémité du Pont Charles est protégée par une tour. Trente statues ont été rajoutées au cours du 17ème et 18ème siècle. Certaines, plus claires, sont des copies. Les statues d’origine sont conservées au Musée National.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s