Les Cours de la rue du Faubourg St Antoine. (11ème)

La rue du Faubourg Saint Antoine, zone de commerce et d’artisanat depuis le 12ème siècle, est l’un des plus vieux axes de Paris. C’est au fond de ses impasses et de ses petites cours que s’installeront les artisans ébénistes, tapissiers, doreurs, vernisseurs et laqueurs au début du 19ème siècle. La plupart de ces cours sont privées mais le matin il est parfois possible de s’y faufiler, les portails étant entrebâillés pour les livreurs ou les postiers.

Au n°33, la Cour St Louis avec ses façades recouvertes de vigne vierge, ses gros pavés et sa courette arborée mérite qu’on s’y attarde.

Son cachet, elle le doit aussi aux détails non négligeables des vestiges de son passé: trace d’un ancien petit puits avec margelle, grosses bornes en pierre, poutres et colombage à l’entrée du porche.

Tout près de là, la Cour du Bel Air dissimule en fait deux charmantes courettes pavées, entourée d’immeubles de trois étages.

Les murs sont recouverts par la vigne et les anciennes devantures métalliques rouge bordeaux ajoutent au charme des lieux.

La Cour des Shadocks est une cour plus récente construite en 1998, à l’endroit où résidait le créateur des Shadocks, Jacques Rouxel. Ce sont eux qui gardent l’entrée…

A l’intérieur, calme et ombre assurés…Une guirlande de vigne habille les façades tout autour.

La Cour des Trois Frères, ouverte en 1855, était consacrée elle aussi aux métiers du meuble. Elle doit son nom au propriétaire du terrain qui avait trois fils. Elle s’étend sur une centaine de mètres. Une première partie rénovée, apporte une touche de modernité, avec ses structures métalliques, au salon de coiffure Toni and Guy.

mais plus on s’y enfonce, plus on aperçoit les anciennes marques du passé.

Avant d’entrer dans la Cour de la Maison brûlée, noter le mascaron du 17ème sur la façade, au-dessus de l’entrée.

Accessible en semaine, la Cour de la Maison brûlée est très profonde. On n’a plus le côté champêtre et bucolique des cours précédentes mais elle donne un bel aperçu de l’agencement des anciens ateliers.

La Cour de l’Ours doit son nom au bas-relief qui orne la façade de l’immeuble d’habitation au-dessus de l’entrée qui se situe au n°95 de la rue du Faubourg St Antoine.

De chaque côté de ce qui ressemble davantage à une allée pavée, des immeubles d’habitation sur trois étages, que les habitants ont égayé de potées de verdure.

Au fond, l’enseigne de la Maison Tassin créée en 1905, célèbre peaussier (sièges des Ferrari et autres Lamborghini entre autres, banquettes du Musée du  Louvre etc…) dont les ateliers ont pris feu en 2015.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s