Porte Saint Denis et Porte Saint Martin. (10ème)

Au fur et à mesure que Paris s’agrandit et que de nouvelles enceintes sont construites, les Portes Saint Denis et Saint Martin sont déplacées et les deux portes fortifiées du Moyen Age font place à deux portes triomphales à la gloire de Louis XIV.

La Porte Saint Denis est un Arc de Triomphe  inspiré de l’Arc de Titus de Rome. Elle fut conçue en 1672 par l’architecte François Blondel et se trouve à l’intersection de la rue du Faubourg St Denis, du boulevard Bonne Nouvelle et du Boulevard St Denis. Avec ses 25m de large (environ), ses 25m de haut et ses 5m d’épaisseur, elle en impose! Les bas-reliefs sont de Michel Anguier. Au-dessus des bas-reliefs, l’inscription à la gloire du roi est en lettres de bronze.

Sur la face Sud, s’élèvent des obélisques chargés de trophées: casques, cuirasses, armes, drapeaux et dépouilles de lion ornent les arbres de gloire.

Les inscriptions latines indiquent que Louis le Grand a passé le Rhin, le Waal, la Meuse et l’Elbe en moins de 60 jours, qu’il a conquis trois provinces, pris 40 places fortes et qu’il s’est emparé d’Utrecht en treize jours.

A la base des arbres de gloire, deux figures assises dessinées par Lebrun, représentent les Provinces-Unies. La femme au désespoir sur le pilier sud-ouest c’est la Hollande. A ses côtés, un lion blessé écrase de sa patte une épée et des flèches brisées au nombre de sept, tout comme les sept provinces Unies. Sur le pilier sud-est, l’homme symbolise le Rhin vaincu.

Au-dessus, est représenté le passage du Rhin à Tholuis.

Sur la face Nord, la ville de Maastricht se soumet à Louis XIV. Les obélisques sont eux aussi chargés de trophées mais à leur base se trouvent des lions couchés.

La Porte Saint Martin restaurée en 1988, fut érigée en 1674 par Pierre Bullet, soit deux ans après la porte Saint Denis, sur ordre de Louis XIV. C’est un Arc de triomphe de 18m de haut en pierre calcaire et l’attique est en marbre. Elle se distingue par une grande arcade centrale et deux latérales plus petites pour les piétons.

Sur la face Sud, à gauche, Louis XIV portant perruque mais tenant la massue d’Hercule qu’il incarne, foule au pied un homme à terre (Geryon?) et symbolise la Rupture de la Triple Alliance. (Etienne Le Hongre)

A droite,  sous la renommée, une femme à genoux tend à Louis XIV les clefs de la ville. C’est la Prise de Besançon sculptée par Martin Van Den Bogaert dit Martin Desjardins.

Sur la face Nord, sur la droite, une femme assise auprès d’un lion couché (Pierre 1er Legros) symbolise la Prise du Limbourg en 1675. Sur la gauche, Louis XIV en Mars repousse l’aigle germanique de son écu français pour protéger un vieillard et une femme, symbolisant la Défaite des Allemands. (Gaspard Marsy)

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s