Le Cimetière du Père Lachaise. (20ème)

Le plus célèbre des cimetières parisiens, également appelé cimetière de l’Est, est situé dans le vingtième arrondissement et doit son nom à un jésuite François d’Aix de La Chaise, confesseur de Louis XIV. L’ordre des Jésuites possédait une maison de campagne (« la Folie Raignault ») sur les coteaux du Mont Louis et le Père Lachaise y résidait régulièrement. Ce terrain devint, en 1804, le premier cimetière civil de Paris et avec ses 44 hectares, il est assurément l’un des plus grands.  Les dépouilles de Molière, La Fontaine et d’Héloïse et Abelard (rééls symboles de l’amour libre) y furent déplacées en 1817 pour donner envie aux parisiens, en alimentant ainsi le snobisme ambiant, de goûter au repos éternel aux côtés d’illustres personnalités.

Un décor naturel unique, une atmosphère paisible, particulière, dans un lieu mythique où Art, Histoire et Poésie se côtoient et se mêlent de telle sorte que rien dans cette balade pas ordinaire ne peut être lugubre ou macabre. Seul, peut-on peut-être éprouver parfois, un zeste de vague à l’âme ou un soupçon de nostalgie.

L’entrée principale boulevard Ménilmontant se trouve au bout de la rue de la Roquette. Elle est l’œuvre d’Etienne Hippolyte Godde.

Deux inscriptions latines y sont gravées. Sur le pilier gauche: « L’Espérance est pleine d’immortalité ». Sur le droit: « Celui qui croit en moi, même s’il est mort, vivra. »

Les allées sont bordées de stèles, de pierres tombales de toutes sortes et de petites chapelles.

Le cimetière étant construit sur une colline, les allées  montent, descendent, parfois toute droites, parfois sinueuses et les vieux pavés patinés ajoutent un charme certain au tableau.

Un vrai village puisqu’on y trouve même des ronds-points! Celui-ci porte le  nom de Casimir Perrier, Président de la République entre le 27 juin 1894 et le 16 janvier 1895.

Au bout de l’allée principale se trouve le Monument aux Morts restauré en 2009. Œuvre du sculpteur Albert Bartholomé, réalisé entre 1887 et 1899. Il mesure 8m de haut et 14m de large.

La Chapelle a, tout comme la porte principale, été construite par l’architecte Etienne Hippolyte Godde. Quelque peu austère, elle a été construite sur l’emplacement de l’ancienne maison du Père Lachaise et est classée aux monuments historiques depuis novembre 1983.

Certaines tombes abandonnées et de guingois semblent se soutenir mutuellement.

Le mélange des styles: grecs, byzantins, romans, gothiques, art déco fascine le promeneur. Les chapelles sépulcrales sont fermées de portes en fonte ouvragées. Les motifs sont divers, lettres entrelacées, médaillons, amphores ou anges en vis-à-vis agitant leur encensoir.

et parfois surprenants comme cette belle chauve-souris qui semble en interdire l’entrée.

Les statues sur les stèles racontent toutes une histoire, et dévoile tout ou partie de l’être enseveli.

Certains monuments sont des plus imposants voire ostentatoires et l’on devine qu’ils abritent hommes ou femmes importants et vénérés en leur temps.

D’autres très originaux…telle que cette chapelle, « Mémoire Nécropolitaine », appareil photo en granit noir, œuvre d’art d’André Chabot. Cet artiste met à l’honneur, avec ses photos, le patrimoine funéraire mondial. C’est là qu’il reposera lorsque l’heure sera venue.

Les deux tourelles de la suivante font davantage penser à un décor de Walt Disney et nous arrache un sourire attendri. Rudolph sans nul doute, était un romantique.

Les tombes parfois  résument en quelque sorte la vie du défunt.

Devant la mort, nous voilà tous égaux … et les célébrités en témoignent qu’ils aient été écrivains comme Alfred de Musset et Oscar Wilde,

La tombe Sphinx du sculpteur Jacobs Epstein classée monument historique est recouverte de traces de rouge à lèvres laissées par les fans.

Peintres,  Géricault trônant au-dessus de trois de ses tableaux.

Chanteurs, récents ou anciens: Mano Solo, Alain Bashung, Gilbert Bécaud, Edith Piaf.

Comédiens, comédiennes: Annie Girardot, Marie Trintignant,

Humoristes: Pierre Desproges,

Ou même clown! Comme Achille Zavatta. C’est dans le columbarium qu’on trouve cette petite plaque touchante de simplicité.

Le columbarium et le crématorium, commencés en 1880, ne furent totalement terminés dans la version actuelle qu’en 1960! Disons pour résumer qu’il a fallu lutter longuement contre les autorités catholiques et dépasser les controverses enflammées des uns et des autres. Tout autour du crématorium, le columbarium forme un carré à portiques sur deux étages à coursive auxquels on accède par un escalier en pierre.

Le Père Lachaise dispose donc ainsi d’un jardin du souvenir, une vaste pelouse contre le mur de la rue des Rondeaux, sur laquelle on peut disperser les cendres.

Un carré consacré à la mémoire des victimes de génocides invite à encore plus de recueillement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s